bannière newsletter

Newsletter n°5 ARELIANCE

 

 

Logo Areliance

LA NEWSLETTER – n°5 

 

Sommaire : 

  • Parlons métiers :
    Les métiers de la comptabilité

Le jeudi 24 septembre dans les locaux du Vaisseau, espace de travail partagé, de Poitiers, s’est tenue une conférence sur les métiers de la comptabilité… 

Voir la suite…

  • L’interview : Arnaud GARTNER

Découvrez le parcours d’Arnaud GARTNER, titulaire d’un BTS Force de Vente, en 2004, obtenu sur l’établissement de La Rochelle, maintenant dirigeant d’entreprise…

Voir la suite…

  • Prix AUDACE 2015

Mardi 6 octobre s’est dé

roulé le « Prix AUDACE 2015 » région Centre Ouest dans les locaux du Vaisseau à La Rochelle.

Voir la suite…

 

Événement parlons métiers

PARLONS MÉTIERS :

Les métiers de la comptabilité

 

 

Le jeudi 24 septembre dans les locaux du Vaisseau, espace de travail partagé, de Poitiers, s’est tenue une conférence sur les métiers de la comptabilité. Cette matinée a été organisée à l’initiative de l’ordre des experts comptables du Poitou-Charentes.

Dans les années à venir vont se présenter de belles opportunités pour tous ceux qui se destinent « aux métiers des chiffres ». Avec un taux de chômage de 2% seulement dans le secteur et les nombreux départs à la retraite, un bel avenir se dessine pour tous ceux tentés par cette profession.

Jérôme BOURDEAU, expert comptable – commissaire aux comptes – associé du cabinet STECO a présenté à une trentaine de participants présents à la fois au Vaisseau de Poitiers et au Vaisseau de La Rochelle par visio-conférence, la richesse et la diversité de ce secteur. Expert comptable, commissaire aux comptes, comptable au sein d’une entreprise, contrôleur de gestion tels sont les métiers qui nous ont été exposés.

Jérôme BOURDEAU a insisté sur la passion qui l’anime à exercer ce métier, riche en rencontres professionnelles variées et diversifiées. Le comptable est « un éveilleur de consciences » nous a-t-il dit. Il conseille le chef d’entreprise, l’accompagne dans ses projets quels qu’ils soient et doit instaurer un véritable climat de confiance avec lui.

 

Retour au sommaire

 

 

 

 

Arnaud GartnerINTERVIEW : 

Arnaud GARTNER

 

PROMOTION 2004 BTS FORCE DE VENTE sur l’établissement de La Rochelle. AUJOURD’HUI, DIRIGEANT DE SODICOS, ENTREPRISE QUI PROPOSE DU MOBILIER URBAIN. ENTREPRISE COMPRENANT 4 SALARIÉS. CA : 1 MILLION D’EUROS.

 

 

– Que penses-tu avec le recul de l’alternance ?

Ce fut pour moi une vraie découverte. Après un bac génie électronique, j’ai poursuivi vers un BTS électronique que je n’ai pas obtenu. J’ai découvert au cours de ce BTS que

j’avais plus de plaisir à discuter, échanger avec les clients que de parler technique. J’ai donc décidé de faire un BTS en alternance, car le système classique m’embêtait. Je recherchais l’intervention de professionnels, une approche plus concrète, une connaissance du terrain. Le programme que l’on nous proposait, calquait bien avec la vente, donc j’ai pris beaucoup de plaisir durant ces deux ans de formation.

– Quel a été ton parcours après l’obtention de ton diplôme ?

Après avoir quitté l’ISFAC, j’ai obtenu un CDI dans l’entreprise de vin dans laquelle j’avais effectué mon BTS. J’y suis resté un an puis ai démissionné en novembre 2005. Inscription APEC, ANPE… une semaine après je suis contacté par un chasseur de tête pour travailler chez GIRAUDY à Aytré. J’ai participé à un entretien collectif avec cinq autres personnes. Puis un entretien individuel. Le soir même, je recevais une réponse positive ; il cherchait une personne de terrain avec de l’expérience en vente, ce que j’avais grâce à mon BTS en alternance. Je suis resté chez GIRAUDY de décembre 2005 à Août 2009, comme vendeur d’espaces publicitaires sur la Vendée, Deux-sèvres, Charente-Maritime. En 2009 je décide de partir et de voler de mes propres ailes.

– Pourquoi cette envie ?

sodicoJ’ai toujours eu envie d’être mon propre patron ; j’ai un tempérament particulier et j’aime prendre moi-même les décisions. Le dirigeant de SODICOS m’a contacté pour m’annoncer qu’il vendait son entreprise. La discussion sur les termes du rachat a duré 1 an. Les gros groupes n’étaient pas intéressés par cette entreprise trop petite. Aujourd’hui cela fait six ans que j’en suis le gérant avec une progression de 8 % à 10 % de mon activité tous les ans.

 

« J’ai toujours eu envie d’être mon propre patron. »

– Comment as-tu effectué ce rachat ?

Nous avons constitué une SARL. Je suis propriétaire de 51 % des parts et mon père de 49 %, pour un capital de 50000 euros. Le Crédit Mutuel m’a suivi dans cette aventure, avec un emprunt de 530 000 euros et 70000 euros payés sur une clause de garantie passive sur 12 mois. La banque m’a suivi, car c’est une activité avec des marges intéressantes et les contrats publicitaires sont signés pour 3 ans, d’où garantie de liquidité. L’ancien patron m’a accompagné pendant un an.
Pour être entrepreneur en France, il faut être motivé et courageux ; je souhaite à tout le monde de devenir entrepreneur. Cependant c’est un engagement à mesurer à l’avance ; il faut être bon dans son métier. Incombent également au chef d’entreprise les missions de management et de gestion. J’ai donc su dès le départ que le commerce n’allait représenter que 15 à 20 % de mon temps.
– As-tu rencontré des difficultés dans ton parcours ?

Très peu. Cependant une a été importante, le management des relations humaines. Au départ j’avais 3 salariés, avec des frictions, des arrêts maladies…J’ai décidé de me faire accompagner par une personne spécialisée en management. Sur les 3 personnes de départ, je les ai licenciées sur 3 ans et à chaque fois j’ai repris une personne nouvelle. J’ai choisi des personnes qui avaient envie, des bosseurs, des personnes qui me ressemblaient. J’ai été accompagné par un recruteur, afin de poser les bonnes questions, savoir lire un CV, comment pousser les candidats dans leur retranchement…Cet accompagnement fut indispensable pour sécuriser le recrutement que je souhaitais effectuer.

– Quels conseils pourrais-tu donner à des jeunes qui souhaitent se former dans le cadre de l’alternance ?

Le système de l’alternance amène directement à la notion de travail, connaissance du monde professionnel. Un chef d’entreprise a besoin de gens de terrain, des personnes ayant de l’expérience. Le jeune est formé « à la sauce » du chef d’entreprise, il peut le modeler comme il le souhaite, donc possibilité de prendre le jeune en CDI par la suite. Personnellement si je n’avais pas suivi cette voie je n’en serai pas là aujourd’hui ; ce fut pour moi une vraie découverte. On est tout de suite opérationnel, très compétent. Aujourd’hui un chef d’entreprise veut un mec qui a de l’expérience, qui va taper dedans, qui sait réfléchir.

L’alternance demande un réel investissement, beaucoup de travail, aussi bien en entreprise qu’au sein de l’organisme de formation. Le discours avec nos formateurs est très près du terrain, donc tout le monde comprend très vite. Si j’ai un conseil à donner : FONCEZ !
Faites le choix de l’alternance !

 

Retour au sommaire

 

Prix audaceLE PRIX « AUDACE » 2015 : 

Décerné Par l’Union Nationale des Auto-Entrepreneurs.

Mardi 6 octobre s’est déroulé le « Prix AUDACE 2015 » région Centre Ouest dans les locaux du Vaisseau à La Rochelle.

L’organisation invite les femmes et les hommes, tous les auto-entrepreneurs à partir de 17 ans, à présenter leur candidature dans le cadre d’un concours qui leur est exclusivement dédié. Ce Prix s’adresse à tous les auto-entrepreneurs en activité depuis au moins un an et ayant deux clients minimum.

Le concours consiste à présenter un dossier de l’activité d’auto-entrepreneur du participant. Puis dans le cas où celui-ci est présélectionné, le dossier est présenté devant un jury, réuni dans sa « région » dans le but d’être désigné s’il est retenu lauréat régional. Les 8 auto-entrepreneurs lauréats seront conviés à Paris en octobre 2015 pour un grand rendez-vous mettant à l’honneur nos territoires et les créateurs d’entreprises. Ils viendront présenter tour à tour leur projet devant le public, réuni pour l’occasion. Un vote du public permettra de désigner le lauréat « Coup de Cœur’’.

 

Catherine DERET,
est la lauréate 2015 du Centre-Ouest.

Son projet porte sur de nouveaux concepts
et agencements d’espaces verts dans le respect
de l’environnement.

 

Logo prix audace

 

Plus d’infos en cliquant ici

 

 

Retour au sommaire

 

Aréliance – Newsletter n°5

Vous pouvez suivre notre actualité sur nos réseaux sociaux.

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *