« Mon âge n’est-il pas un frein à ma recherche de stage? »

Phrase entendue ce matin lors d’une séance consacrée à la recherche de stage, provenant d’une personne entrée en formation il y a une semaine à l’ISFAC. Elle a 53 ans et afin de valider son titre professionnel dans 5/6 mois elle doit effectuer des stages et elle rencontre des difficultés dans sa recherche.

« Ne suis-je pas trop vieille ? Mon âge n’est-il pas un frein à ma recherche de stage ? » me demande-t-elle.

A l’heure où l’on encourage la formation tout au long de la vie ces questions n’ont pas lieu d’être. Le marché de l’emploi est en pleine mutation et ne cesse d’évoluer. Tous, nous sommes pris dans cette dynamique et nous n’avons donc pas d’autre choix que de continuer à nous former pour nous adapter aux besoins des entreprises  et/ou envisager une autre carrière professionnelle. Certes tout cela va vite, sans doute trop vite pour certains, pas assez pour d’autres.

image vielle femme stage aréliance

La formation doit être envisagée par tous comme un puissant levier pour que chacun trouve sa place au sein de la collectivité, non seulement un levier pour l’individu qui va lui permettre de rebondir  mais aussi pour l’entreprise qui va pouvoir recruter au sein de sa structure, de nouveaux talents.

C’est pourquoi, peu importe l’âge que l’on a quand on entre en formation. Il nous faut plutôt saluer le courage, la motivation et la détermination de toutes ces personnes que nous accueillons chaque année et qui envisagent pour de multiples raisons, une reconversion professionnelle.

Les raisons sont souvent très diverses : licenciements, impossibilité de poursuivre un métier exercé pendant de nombreuses années pour raisons médicales, insécurité que procure les CDD à répétitions entrecoupés de période de chômage mais aussi l’envie d’accéder à une qualification supérieure et reconnue.

La confiance en soi et ce qui en découle l’estime de soi sont alors fortement émoussées. Faire un stage et être accepté-es en stage représentent alors une étape très importante dans le parcours de ces personnes. Il rend crédible leur projet de formation, c’est pourquoi rencontrer des difficultés lors de cette étape les inquiète fortement. Face aux retours négatifs des entreprises  qui restent malgré tout nombreux, elles pensent qu’elles n’intéressent plus les entreprises parce qu’elles ne sont plus toutes jeunes, parce que leur parcours est chaotique, parce qu’elles n’ont pas de qualification, de diplômes, parce que leur parcours professionnel n’est pas reconnu en tant que tel…

Il est donc vraiment très important que les entreprises prennent conscience qu’elles sont un élément majeur pour la réussite de leur projet en leur permettant de retrouver confiance en elles. 

Evelyne VIGNAUD

Illustration : Méro’

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *